Dessin portrait personnage féminin
Bande dessinée d'entraînement

Personnage de BD : trouver un visage singulier

20 février 2018

Après quelques tentatives pour trouver le visage du personnage principal de la BD en cours d’élaboration, on passe au personnage féminin.

Un écueil : la répétition involontaire du même visage

Les deux premiers essais mettent en évidence un gros problème : je n’arrive pas à sortir du même visage. La même forme se répète plus ou moins automatiquement quand j’essaie de dessiner ce personnage.

Bande dessinée : croquis de recherche de personnage féminin (1)

La forme du visage est la même, et ce visage n’est pas assez identifiable. Trop lambda, pas assez singulier. Et surtout pour une bande dessinée, où il faut marquer les différences entre les personnages et faire en sorte que le lecteur ne se demande jamais qui est qui.

Autre problème : ce personnage devrait avoir 16 ou 17 ans, ce qui n’est pas le cas sur ces dessins. D’ailleurs, ils représentent des femmes sans âge clairement défini, ce qui est un problème en soi.

Un nouvel essai le lendemain ne produit rien de particulièrement supérieur :

Bande dessinée : croquis de recherche de personnage féminin (2)

En revanche, je commence à comprendre l’importance des cheveux pour singulariser un visage.

Cheveux et forme du visage : deux clefs pour dessiner un personnage unique

Les cheveux sont très facilement identifiables de case en case dans une bande dessinée. Ils permettent au lecteur de reconnaître immédiatement le personnage qu’il a sous les yeux. Il va donc falloir travailler ce point, que j’ai soigneusement évité d’affronter jusqu’à maintenant.

Un troisième essai, où j’ai essayé de a) rajeunir le personnage, b) lui donner une coupe de cheveux identifiable et c) singulariser aussi la forme de son visage donne un résultat nettement meilleur :

Bande dessinée : croquis de recherche de personnage féminin (3)

Un portrait qui présente beaucoup de défauts, mais permet au moins au passage de réaliser que trois ou quatre détails, lorsqu’on les fait varier même légèrement, permettent de transformer complètement un visage.

La mandibule est un bon exemple. En créant une courbe légèrement concave entre le menton et l’arrière de la mâchoire, le menton est affiné, le muscle de la mâchoire (le muscle masséter, pour être précis) ressort davantage, et tout le bas du visage est ainsi transformé en un ensemble porteur d’information

Une leçon intéressante, et une bonne piste pour le visage de ce personnage !

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi :