Dessin d'un combat de boxe : image de Une
Bande dessinée d'entraînement

Dessin d’un combat de boxe

22 mars 2020

Après les cases de dialogue, voici venu le temps de l’action, avec le dessin d’un combat de boxe entre deux personnages de la BD. Une case complexe donc, avec du mouvement et de l’anatomie !

Construction de la case : la règle des 180°

La règle

Le travail sur la bande dessinée d’entraînement m’apprend à ne pas me précipiter. Pour apprendre des choses, il faut avancer, mais aussi regarder où on marche. Ici, il s’agit de construire correctement la case pour qu’elle s’insère bien à la suite des précédentes.

Lorsqu’on dessine une scène sur une suite de cases, avec changements de plans et mouvement de la « caméra », l’une des règles à respecter est la règle dite des « 180 degrés ». J’ai déjà parlé de cette règle, et pour cause : elle concerne toutes les planches. Je ne reviens pas sur le principe et vous invite à lire l’article en lien si vous ne le connaissez pas. Passons directement à la pratique.

La pratique

Pour dessiner la case 5 de la planche qui m’occupe actuellement, il faut respecter l’axe défini par les personnages des cases précédentes. En l’occurrence l’axe à prendre en compte est celui qui relie les deux personnages principaux de la scène, Gabriel et Louis, qui se font face et s’apprêtent à se battre. Un aperçu des cases 1 à 4 ici.

La case 5 représentera Louis (le gars avec des cheveux) essayant de donner un coup de poing à Gabriel (avec la tête rasée), et Gabriel esquivant le coup de poing. Comment placer la « caméra » ? De quel côté des personnages ?

Ce choix est déterminé dans un premier temps par l’information principale que je veux passer, à savoir la surprise de Louis lorsqu’il constate que son coup de poing est parti dans le vide. Il comprend – trop tard – qu’il a été présomptueux. Gabriel sait bien mieux se battre que lui. Pour obtenir cette information, le lecteur doit donc voir le visage de Louis. Et Gabriel sera donc de dos.

De quel côté placer le point de vue : à gauche ou à droite des personnages ? C’est là qu’intervient la règle des 180°. Celle-ci commande de placer le point de vue du même côté que les cases précédentes.

Plutôt qu’une longue explication, voici le croquis de la scène que j’ai utilisé pour comprendre où devait se placer le point de vue dans la case 5 (les chiffres sont les numéros de cases et les lettres les personnages) :

Dessin d'une scène de boxe : croquis préparatoire (règle des 180 degrés)

Construction de la case : croquis préparatoire

Avant de passer au dessin final sur la planche, un petit brouillon s’impose. Il y a du mouvement à gérer, il va donc falloir travailler le dynamisme. Et puis, bien sûr, l’anatomie et les vêtements. Tout, quoi 🙂

C’est parti :

Dessin d'une scène de boxe : croquis préparatoire (mouvement et anatomie)

Pas trop mal pour un truc fait rapidement. Passons donc au dessin sur la planche.

Fesses et pantalon

Première difficulté : les fesses. Et sa difficulté subséquente : le pantalon. Pas de panique, il existe des références. Et ça tombe bien, j’ai justement créé sur ce site un article compilant des dessins de référence sur le pantalon.

Article où l’on trouvera justement ce qu’il nous faut :

Dessin de référence : pantalon arrière (Akira 11, Glénat)

Ce que fait Otomo ici est assez simple, et ça tombe bien, je n’ai pas encore le niveau pour quelque chose de complexe.

Essayons donc de voir ce que ça donne sur cette base :

Case de BD : coup de poing (pantalon)

OK pour le pantalon, la couture n’est pas parfaite mais ça fera l’affaire pour le moment.

Arrière de la tête, bras et main

Le dessin d’un combat de boxe implique tout un tas de zones compliquées, qui plus est en tension, voire tordues…

La jonction crâne-trapèze

Passons à l’arrière de la tête. Une partie de l’anatomie qu’on dessine rarement ! J’ai bien quelques notions de ce qui s’y passe, avec l’arrivée des trapèzes, mais il faut réviser.

Pas de problème, manuel d’anatomie à la rescousse. En l’occurrence celui de Michael Hampton, dont j’ai déjà parlé il y a… 3 ans. Le livre s’intitule Figure Drawing : Design and Invention et se révèle d’une grande qualité, je ne peux que le recommander si vous arrivez à le trouver. Voici entre autres ce qu’il nous indique sur l’arrière de la tête :

Dessiner l'arrière de la tête : Michael Hampton (1)

Dessiner l'arrière de la tête : Michael Hampton (2)

OK… Sur une petite case de BD, on verra ce que ça donne.

Le bras

Restons dans le bouquin de Hampton et profitons-en pour réviser aussi le bras. J’ai déjà consacré quelques séances à l’anatomie de cette partie complexe du corps. Et bien sûr, j’ai à peu près tout oublié !

Voici ce que nous propose Hampton :

Dessiner du bras : Michael Hampton

Les mains

Les mains, j’ai fait comme tous les débutants : je les ai évitées au maximum. Mais la bande dessinée n’en a rien à faire… Elle veut des mains ! Et pour cause : les mains donnent de nombreuses indications intéressantes sur les personnages. Je dirais même qu’après le visage, elles sont le second indicateur le plus important pour transmettre au lecteur l’état d’esprit du personnage.

Sur cette case, je dois en dessiner trois. Pour celle du personnage au premier plan, j’ai réalisé un croquis préparatoire :

Dessin d'une scène de boxe : recherche de la main

Dessin d’un combat de boxe : le crayonné de la case

Au final, voici donc ce que ça donne :

Dessin d'un combat de boxe : crayonné de la case

Les mains ne sont pas terribles, c’est le moins qu’on puisse dire. Je ne vois pas comment je pourrais arranger ça à l’encrage. L’encrage amplifie les défauts, donc ça sent la catastrophe.

Au passage, une petite erreur de composition : les mains des deux personnages sont trop proches. Il faut éviter ce genre de coïncidence, ça brouille les informations et nuit à la clarté de la scène.

L’anatomie du bras est évidemment trop grossièrement tracée au crayon. Beaucoup de traits disparaîtront à l’encrage. Il faut juste espérer que je choisisse les bons…

Pour le reste, à mon niveau, c’est satisfaisant et je m’arrête là. Pas la peine d’insister des heures et des heures sur le même dessin pour le corriger. Il vaut mieux utiliser ce temps pour réaliser d’autres dessins !

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi :